• Mail : contact@taupland.fr
  • Téléphone : 06 22 92 02 73

Les Pigeons

 

 

Le pigeon de ville et principalement le biset , est responsable de nombreux maux et nuisances :

  • émission de fientes (odeurs) et de particules allergènes ;

  • transport et transmission de maladies (bactéries, parasites, virus, dont, a priori rarement, celui de la grippe aviaire). La crainte de maladies transmises par des pigeons n’est pas nouvelle : En 1714, selon les chroniqueurs de l’époque, les pigeons de Paris ont été décimés par une maladie nommée « petite vérole ». On a décidé de tuer tous les survivants, croyant « qu’ils transportaient le virus chez les Hommes et les brebis ». Jean Blancou estime rétrospectivement qu’il pourrait s’agir d’un cas de grippe aviaire ;

  • leurs nids sont réputés pour attirer rats et insectes, lesquels pourraient également transmettre des maladies ;

  • nuisances sonores sur les toits des habitations ;

  • dégradation des monuments par l’acidité des fientes et la salissure.

Régulation de la population

Des sociétés commerciales commissionnées par les municipalités proposent des méthodes parfois inutilement violentes et inefficaces. Ces méthodes ne sont que rarement expliquées au public. Par ailleurs, l’éradication brutale d’une population pousse les survivants à se sur-multiplier et à recoloniser les espaces libres. Les scientifiques et les associations écologistes promeuvent la stabilisation des populations par les pigeonniers contraceptifs (les œufs sont stérilisés de manière douce pour garder les parents sur place). Cela a l’avantage de combiner le respect animal et l’efficacité en maintenant des colonies modérées dans chaque espace.

Diverses méthodes de régulation de sa population sont utilisées en ville :

  • réduction de la quantité de nourriture apportée : interdiction de nourrissage ;

  • empoisonnement ;

  • chasse, piégeage au filet (cela est de moins en moins utilisé car dangereux et mal perçu par les habitants) ;

  • introduction ou protection de rapaces, fauconnerie (effarouchement) ;

  • mise en place de pigeonniers contraceptifs, dans lesquels il est plus facile d’attirer les pigeons et d’en contrôler la natalité et la santé ;

  • stérilisation de pigeons, via chirurgie vétérinaire ou chimique avec de la nourriture.

  • enlèvement des œufs de pigeonniers.  ( SOURCE WIKIPEDIA )