• Mail : contact@taupland.fr
  • Téléphone : 06 22 92 02 73

Guêpes

 Probème de guêpes et frelons

 

 

Principales informations sur les nids de guêpes


Il existe plus de 9 000 espèces différentes de guêpes : les guêpes des bois, les guêpes maçonnes, les guêpes rouge, les guêpes germaniques, qui construisent des nids souterrains très volumineux, et qui comme les guêpes communes apprécient tout particulièrement le sucré et n’hésitent pas à s’approcher des zones habités par les humains, attirées notamment par les pâtisseries.

On distingue les guêpes sociales qui construisent des nids appelés guêpiers et les guêpes solitaires. La différence essentielle entre les deux est que toutes les guêpes dites solitaires sont fertiles et ne pondent pas dans des nids, mais dans d’autres insectes. Les larves se développent alors aux dépens de celui-ci.

Les guêpes mesurent 15 à 20 mm, disposent de 4 ailes et de 6 pattes. Elles sont reconnaissables à leurs rayures jaunes et noires.

Les guêpes sociales se nourrissent de fruits mûrs et notamment de fruits tombés des arbres mais les guêpes solitaires, elles, sont insectivores et carnassières : elles sont donc utilisées en cultures bio pour se débarrasser des mouches, des chenilles, larves et moustiques.

Cycle de vie de la guêpe


Quelques jours après la ponte, les oeufs éclosent et laissent sortir les larves qui sont tut d’abord nourries par les reines. Ces larves s’enveloppent dans un cocon. 6 semaines plus tard, la première génération d’ouvrières est prête à prendre le relai de la reine dans toutes ses tâches sauf la reproduction : les ouvrières ont pour mission de continuer à construire le nid et à chercher de la nourriture protéinée pour les larves notamment pendant que la reine se consacre exclusivement à la ponte.

En retour, les larves produisent une sécrétion sucrée pour les ouvrières.

Les accouplements ont lieu à l’automne et juste après, les reines entrent en hibernation jusqu’en juin, et les mâles et les ouvrières meurent.

Comme chez les frelons, c’est la reine qui fait des larves des ouvrières en inhibant les fonctions sexuelles. De cette façon, si la reine vient à mourir elle sera automatiquement succédée par des guêpes qui auront connu un développement complet.
Construction et organisation

D’un nid de guêpes C’est la reine, dans le cas des guêpes sociales, qui construit les bases du nid dans d’autres vieux nids, dans des dépendances, dans un arbre, ou un buisson. Les guêpes construisent un nid par an lorsqu’elles sortent de leur hibernation pour y pondre leurs premiers oeufs qui donneront les ouvrières. Ces nids ne seront pas réutilisés les années suivantes.

La reine se sert alors d’un matériau qu’elle produit elle-même en mastiquant des débris de bois et des végétaux qu’elle mélange à de la salive. La membrane obtenue, s’apparentant à du papier, sert d’isolant thermique et physique contre les agressions extérieures et les changements de température. Elle installe un premier pédoncule et les toutes premières alvéoles dans un endroit calme. Par la suite les ouvrières agrandiront le nid au fur et à mesure de l’accroissement du nombre de larves. Si un endroit est trop bruyant ou s’il est le lieu de trop de passages, la guêpe ne s’y établira pas. C’est le cas par exemple d’un garage, où, trop souvent dérangée, la guêpe ne restera pas.

Un nid de guêpes peut avoir 8 étages, mesurer jusqu’à 50 cm de diamètre et abriter jusqu’à 20 000 individus. C’est logiquement en fin de période estivale qu’elles sont le plus nombreuses.

Parmi les nids, on distingue encore les nids souterrains et les nids aériens : les occupantes d’un nid aérien ne sont généralement pas attirées par le sucré et ce ne sont pas elles que nous verront s’approcher de la glace des enfants lors des repas estivaux. En revanche, les guêpes vivant dans des nids souterrains sont plus agressives : c’est le cas de la guêpe commune et de la guêpe germanique.

 

Les Nuisances de la guêpe

Elles sont de plusieurs natures :
– Piqûres :
Ces insectes sont piqueurs : Toutes ces guêpes peuvent piquer en injectant un venin à l’aide de leur aiguillon. Contrairement aux abeilles qui perdent leur aiguillon après avoir piqué, les guêpes sont capables d’utiliser plusieurs fois de suite cet aiguillon. L’abeille est capable de retirer son dard du corps d’autres insectes, mais les barbes de lancettes le font s’ancrer profondément dans la peau humaine. De ce fait, l’extrémité de l’abdomen se déchire littéralement, laissant le dard en place. Chez les guêpes, les barbes sont cependant plus petites, ce qui leur permet facilement de retirer leur dard et de l’utiliser à nouveau.(sauf les mâles). Elles utilisent leur aiguillon pour injecter leur venin et sont susceptibles de piquer plusieurs fois.

Ces piqûres très douloureuses peuvent, selon leur localisation, (gorge, cou …) provoquer des œdèmes entraînant un étouffement parfois mortel.

Des réactions allergiques (choc anaphylactique) très graves, parfois mortelles également, surviennent dans certains cas.

Les piqûres sont tout aussi dangereuses pour les animaux domestiques que pour les humains.
– dégradation et pollution des aliments
– perturbation du cadre de vie, phobie de la prolifération des insectes. Obligation de traitement

En raison des inconvénients et des dangers qu’elles représentent, les guêpes et frelons sont responsables de nuisances. Le Règlement Sanitaire Départemental oblige donc les occupants de logements et de locaux de préparation ou de vente d’aliments à prendre les mesures de protection qui s’imposent.